Le château de Frontenac domine la ville.
Le château de Frontenac domine la ville.

S’il est une ville dont je me souviens, c’est bien Québec. Une ville calme, belle, colorée,  propre – presque trop propre, pour nous autres maudits Français. Je me souviens de Québec grelottant sous la neige (enfin, Québec et les Québécois, non, mais moi, oui). Je me souviens de Québec suffocant sous le soleil d’été et des terrasses bondées.

Je me souviens que, quelle que soit la saison, lorsque vous arrivez par le grand pont en fer de Québec – qui n’est pas sans rappeler le pont Jacques-Cartier de Montréal – qui traverse le fleuve Saint-Laurent, vous voyez rapidement s’élever le château Frontenac qui domine la ville. Il s’agit en fait d’un hôtel de luxe, construit seulement à la fin du XIXe siècle.

Je me souviens du Petit Champlain et des Plaines d’Abraham

Parmi les incontournable de Québec, je me souviens, bien sûr, de la place Royale, mais surtout du quartier du Petit Champlain, situé au sud de celle-ci, si mignon avec ses petites rues et son « escalier casse-cou » qui y mène.

Je me souviens des boutiques de Noël ouvertes en toutes saisons, et des produits à l’érable vendus un peu partout, comme dans les magasins de souvenirs du Vieux Montréal.


Je me souviens également des plaines d’Abraham, haut lieu d’Histoire, puisque c’est ici que Québec capitula face à l’armée britannique.

Je me souviens, à quelques kilomètres de Québec, des fameuses chutes de Montmorency, plus hautes que celles du Niagara (83 m contre 57 m).

Je me souviens des festivités organisées à l’occasion des 400 ans de la ville de Québec – la ville a été fondée en 1608 par Samuel de Champlain. C’était en 2008. C’était il y a presque sept ans. Cela commence à faire beaucoup.

Mais pourquoi je me souviens tant ?

« Je me souviens » est inscrite sur les plaques d’immatriculation de toutes les voitures québecoises. Pourquoi ? Il s’agit de la devise de Québec, qui a remplacé « la Belle Province » en 1978. La devise a été créée par l’architecte du parlement de Québec, Eugène Etienne Taché, puisque la devise apparaît sur la façade. L’homme voulait faire de ce lieu un véritable panthéon pour les Amérindiens, les explorateurs,  les militaires et les administrateurs publics du Régime français, ainsi que des figures du Régime anglais.

Globalement, les Québécois se souviendraient du passé et de ses leçons. D’autres disent qu’ils se souviennent de leur appartenance à la couronne française et non britannique.

Loger à Québec

Pour les fauchés : l’auberge internationale de jeunesse : propre, pas cher, bien situé.  19 Ste-Ursule, G1R 4E1 Québec

Pour les plus friqués : Fairmont le château Frontenac,  1 Rue des Carrieres, G1R 4P5 Québec.