Le Spritz est né à Venise, à la fin du XIXe siècle.
Le Spritz est né à Venise, à la fin du XIXe siècle.

Avec sa belle robe orangée, il s’est fait remarquer tout l’été sur les plages, les terrasses, dans les cocktails mondains. Lui, c’est le Spritz, ce gentil apéro venu tout droit d’Italie, et plus précisément de Venise. Il a détrôné tous les cocktails les plus tendance, Mojito, Sex on the Beach et autres Cosmopolitan. C’est bien simple, même Maman Wohdrey s’y est mise, et Papa Wohdrey fait, depuis quelques semaines, des infidélités à son pote Paul (Ricard).

Mais le Spritz ne date pas de cet été. Il est né à la fin du XIXe siècle, lorsque l’Autriche a jeté son dévolu sur la Vénétie. Les soldats autrichiens trouvaient les vins locaux trop alcoolisés, et demandaient aux serveurs d’ « arroser » (« spritzen », en allemand) d’eau gazeuse le vin tord-boyaux. Et le Spritz est, depuis de nombreuses années, un des apéritifs les plus populaires en Italie, notamment à Padoue ou dans les soirées estudiantines de Bologne.

Si cette tendance en France ne date que de quelques années maximum, c’est notamment en raison de l’agressive campagne de publicité menée par la marque Apérol. N’avez-vous pas remarqué que leurs affiches fleurissent un peu partout, dans les rues, les toilettes des bars ou les arrières des bus ?

Sauf qu’en matière de Spritz, chacun raconte la sienne. Voici les différentes recettes.

1. Le Spritz plus simple

4 cl d’Apérol, 4 cl de Prosecco (ce vin blanc pétillant italien) et 4 cl d’eau gazeuse.

2. Le meilleur Spritz

3 doses de Prosecco, 2 doses d’Apérol, une dose de Schweppes.

3. Le Spritz-de-quand-il-te-manque-un-truc

Certains remplacent l’Apérol par du Campari, la version finale est souvent plus amère.

4. Le Spritz-de-quand-tu veux-faire-bien

Il suffit de remplacer le Prosecco par du champagne. Une sorte de Spritz royal, finalement !