Deux Français (jean-Christophe Péraud, 2e, et Thinaut Pinot, 3e; sur le podium du Tour de France ? C'est... Historique. Photo DR
Deux Français (Jean-Christophe Péraud, 2e, et Thinaut Pinot, 3e, sur le podium du Tour de France. C’est… historique. Photo DR

Dimanche 27 juillet, l’Italien Vincenzo Nibali a remporté le Tour de France. Le second, Jean-Christophe Péraud, est loin derrière, à 7’34 ». C’est historique, ont dit tous les commentateurs sportifs. Thierry Adam a failli avaler son micro. Pourquoi ? Car c’est l’écart le plus important depuis 1997,  où Jan Ulrich avait remporté la Grande Boucle avec 9’09 » d’avance sur le 2e, l’inénarrable Richard Virenque.

Le Tour de France 2014 est décidément historique, puisqu’on compte deux Français sur le podium, Jean-Christophe Péraud, donc, et Thibaud Pinot. Ce n’était pas arrivé depuis 30 ans, quand Laurent Fignon et Bernard Hinaud avaient trusté les deux premières marches du podium en 1984. Le Tour 2014 est donc historique.

Dimanche 27 juillet, une journée historique

Dimanche 27 juillet, le Grand Prix de Hongrie de Formule 1 était historique. Pour la première fois de la saison 2014, Nico Rosberg (Mercedes) n’a pas terminé premier ou deuxième, mais quatrième. Historique, selon Julien Fébreau, le monsieur Formule 1 de Canal +. De plus, Fernando Alonso (Ferrari) a fini deuxième. C’est le seul pilote à avoir toujours marqué des points (à avoir été classé dans les dix premiers) cette saison. C’est historique. Sans parler du fait que depuis cinq années consécutives, Lewis Hamilton a mené une partie du Grand Prix de Hongrie. C’est vraiment historique.

Quid des 1119 minutes de jeu pendant lesquels Zlatan n’a pas marqué de buts, entre octobre 2005 et juin 2008 ? Ou, à l’inverse, des 1062 minutes sans encaisser de but du gardien lillois Vincent Enyeama, période qui avait pris fin le 8 décembre 2013 ?

Revoyons donc la définition du mot historique. Le Larousse dit : « Adjectif venant du latin historicus et du grec historikos. Qui est resté célèbre dans l’histoire et qui mérite de le rester ». On l’aura compris, les commentateurs sportifs ont une légère tendance à galvauder le terme historique.

Mais sachez-le : vous lisez un article historique. Cela fait 36 jours que votre serviteur n’a pas écrit sur I Like it or not. Soit 51 840 minutes ou 3 110 400 secondes. Ces écrits sont donc historiques, puisque jamais autant de temps ne s’était écoulé entre deux billets.