Le cadre du restaurant est design, branché et romantique.
Le cadre du restaurant est design, branché et romantique. Crédit photo La Fourchette

Si vous cherchez des critiques sur le restaurant le Kos-I, à Lyon, vous ne trouverez que des avis positifs. Sommes nous tombés sur un mauvais jour ? Toujours est-il que je serais plus mitigée. Explications.

Déjà, le Kos-i, il faut le trouver. Situé à Vaise, dans le 9e arrondissement de Lyon, ce joli restaurant au cadre design et romantique, tout dans les tons de marron, se trouve juste au dessus de l’I-way, le simulateur de Formule 1. Certains diront que les vibrations des installations et le bruit sont gênants. Rien de très dramatique en fait, surtout si vous êtes placés dans le joli cadre de ce que la serveuse appelle « le patio », un peu excentré.

Une très longue attente…

Mais là où le bât blesse, c’est l’attente. Alors que nous préférons opter pour une bouteille de vin blanc plutôt que pour l’apéritif maison (un cocktail à base de champagne qui, à vue d’oeil, à l’air de justifier ses 9 euros), nous attendrons pas moins de trois quarts d’heure avant de se voir servir notre premier verre. Verre accompagné d’une mise en bouche plutôt sympa : un tiramisu de homard (j’adore le tiramisu + j’adore le homard = j’adore le tiramisu de homard).

En entrée, la mousse de foie gras aux pommes granny ne manque pas de subtilité !
En entrée, la mousse de foie gras aux pommes granny ne manque pas de subtilité !

Au niveau du menu, alors que nous pensions avoir le choix, seuls deux entrées et deux plats sont à la carte. Mauvais point. Après une mousse de foie gras aux pommes granny franchement bonne, vient le cabillaud au risotto. Et c’est là que je n’ai pas compris. Comment peut-on servir ce plat qui rappellerait presque les sombres heures de la cantine du lycée, après une mise en bouche et une entrée aussi raffinées ? Ce n’est pas franchement mauvais, mais la portion est énorme. Et le poisson, cuisiné sans subtilité. Je calerai donc sur le fromage (mais pas Monsieur Wohdrey, qui a une réputation à tenir).

Des desserts au top du raffinement

La poire pochée est aussi délicieuse que raffinée.
La poire pochée est aussi délicieuse que raffinée.

Vient le tour des pâtisseries et du sourire des papilles retrouvé : comment peut-on rendre une simple poire pochée aussi savoureuse ? Sans parler de la présentation, franchement haut de gamme.

Au final, on s’en tirera avec une note correcte de 45 euros par tête, mais un sentiment mitigé, avec certains plats excellents, et d’autres assez grossiers. Sans parler du service assez déroutant : les serveurs ont une capacité étonnante à ne pas économiser leurs pas et à manquer totalement de logique. A certains moments du repas, vous attendez de très longues minutes. A d’autres, on vous presse presque pour vous apporter le plat suivant. Incompréhensible.