Frank Underwood va-t-il être délogé de son fauteuil dans la saison 2 d'House of Cards ?
Frank Underwood va-t-il être délogé de son fauteuil
dans la saison 2 d’House of Cards ?

Hier, à mon grand désespoir, s’est terminée la première saison de House of Cards, série en 13 épisodes diffusée sur Canal +, et réalisée par David Fincher. Une question me taraude : Frank Underwood va-t-il devoir déjouer les mêmes coups de p… que ceux qu’il n’a pas hésité à donner pour accéder au poste de vice-président des Etats-Unis ?

Les dessous de la Maison Blanche et du Congrès

Reprenons du début. Pour ceux qui n’ont pas suivi, House of Cards (traduisez littéralement par « le château de cartes »), c’est l’histoire de Frank Underwood, membre du Congrès américain, prêt à tout pour se venger de ceux qui l’ont trahi. En effet, il a aidé le président (les histoires de Maison Blanche, c’est toujours vendeur), Garrett Walker, à accéder au poste suprême, en échange de la promesse de devenir secrétaire d’Etat.  Promesse qui ne sera pas tenue, et qui donnera des envies de vengeance irrépressibles à Underwood.

Et ce dernier – joué par un Kevin Spacey au top de sa forme – de battre et abattre les cartes une par une pour parvenir à ses fins : coucherie avec une jeune et jolie journaliste qui n’a pas froid aux yeux, manipulation d’un pauvre député alcoolique/drogué/divorcé/amateur de prestations tarifées, et pacte noué avec sa femme, Claire Underwood, beauté aussi glacée qu’ambitieuse, interprétée par Robin Wright, parfaite dans son personnage. Ici, il y a les méchants, et les très méchants.

Kevin Spacey interprète Frank Underwood, membre du Congrès ambitieux, revanchard et manipulateur.
Kevin Spacey interprète Frank Underwood, membre
du Congrès ambitieux, revanchard et manipulateur.

Frank Underwood, le méchant qu’on adore

Sexe et pouvoir, les clés de la réussite de cette série ? Pas seulement. Certes, le casting est au top. Car il faut rajouter à Kevin Spacey et Robin Wright une belle palette de seconds rôles, parmi lesquels Kate Mara dans le rôle de Zoé Barnes (la journaliste) ou Corey Stoll (Peter Russo, le député-pion). Mais ce sont aussi les petits apartés de Frank Underwood au téléspectateur qui rendent la série savoureuse. Et le héros moins détestable. Car malgré tous ses coups bas, difficile de détester « Francis », ou de ne pas envier son talent de manipulateur (ou est-ce moi qui suis tordue ?).

Bref, vivement la saison 2, déjà tournée. Jodie Foster a réalisé un épisode, et Kevin Spacey est également passé derrière la caméra. Le deuxième round devrait être diffusé début 2014 aux Etats-Unis. Espérons que la série ne s’essouffle pas, et que Franck Underwood ne devienne pas moins méchant. Pour ça, on lui fait confiance.