Ce sont les stars de la caravane du Tour de France. Elles, ce sont les 2CV Cochonou, qui parcourent les routes de la Grande Reine depuis 20 ans. Jeudi 19 juillet, les sept véhicules de la flotte Cochonou ont pris le départ de la 12e étape qui reliait Bourg-Saint-Maurice à l’Alpe-d’Huez, dans les Alpes. 175,5 km jalonnés par le col de la Madeleine (1993 m), le col de la Croix de Fer (2067 m) et l’Alpe d’Huez (1860 m). Trois cols hors catégorie dans des paysages incroyables avalés par les coureurs mais, avant eux, par les trois berlines, les deux camionnettes, la « charcutière » et la limousine qui composent la caravane Cochonou.

175 km mythiques à bord de la Limousine Cochonou

C’est à bord de la « limo » décapotable (une 2CV rallongée, une vraie limousine, quoi) comme on dit chez Cochonou, que j’ai eu la chance de participer à cette étape dite, à juste titre, mythique. A son bord, Damien, le chauffeur, 13 Tours de France à son actif, Camille, le community manager de chez Cochonou (le blog Cochonou, c’est par ici), et un autre journaliste invité, Guillaume. Bien harnachés, on peut se lever et sortir la tête par le toit pour prendre de la hauteur. Grand air et scènes pittoresques assurés.

Bref, ils l’aiment, leur Deuche, Camille et Damien. Pour plein de raisons. Parce qu’elle a bouclé tous les Tours auxquels elle a participé, parce qu’elle est décapotable, parce qu’elle est sympa, parce qu’elle est belle, tout simplement.

Et aussi parce que quand tu es dans un véhicule Cochonou, tu bénéficies d’une sorte de traitement de faveur auprès du public. Cochonou serait élue « Meilleure caravane du Tour » depuis 3 ans. C’est en tout cas ce qu’annonce le speaker de la marque de charcuterie à chaque entrée de ville, au son de l’entêtant « Cochonou, le p’tit bout de chez nous. Cochonou… »

La folie Cochonou commence dès les premiers kilomètres, à Bourg-Saint-Maurice, où les panneaux avec la 2CV à carreaux blanc et rouge fleurissent un peu partout. Il y a aussi ceux qui brandissent les panneaux, ceux qui sont déguisés en cochon, ceux qui réclament le fameux bob en mimant de porter un chapeau sur la tête, cette petite fille qui s’est fabriqué une jupe Cochonou ou encore ceux qui clament leur amour pour la saucisson.

Et puis, il y a ces Belges, en haut du col de la Madeleine. « Ils sont là chaque année », expliquent Camille et Damien. Ils préparent un véritable plateau pour les caravaniers Cochonou. Des bières et des « Jupiler sans alcool », car les membres de la caravane n’ont évidemment pas le droit de boire de l’alcool pendant l’étape. Alors, les supporters belges se sont adaptés, et brandissent désormais des bières à 0° et des Coca Light. Pour découvrir cette scène géniale, jetez un œil à la vidéo juste en-dessous.

Cochonou met les p’tits sauc’ dans les grands

Même sans les Belges, l’accueil est cha-leu-reux chez Cochonou. A l’arrière de la limo, nous attendait un joli panier pique-nique (un vrai en osier, avec du tissu rouge et blanc), avec sandwich, jus de fruit, tarte aux fruits, compote… Et même une petite bouteille de rouge, au cas où. Nous avons même lancé au public les fameux petits sauc’ et les bobs (édition collector spécial 20 ans, s’il vous plaît) au public, à condition de bien viser le sol et le bas côté. Les spectateurs placés au sommet du col de la Croix de Fer ont pu tester le « bar à saucissons », qui, évidemment, draine les foules (les gens sont fous, vraiment).

En tout, Cochonou aura distribué, pendant le Tour, 10 tonnes de saucisson et parcouru 3329 km. Parfois, on a l’impression que la Deuche va vous laisser au bord de la route : Damien monte les cols en 1re et passe rarement la 2e. Pourtant, elle mène toujours à bon port. Hier, c’était à l’Alpe d’Huez. Voici l’arrivée.