Lyon-Turin c’est 3h30 de voiture et 4 heures de train. Facile, dans ces conditions, de s’offrir une petite virée transalpine de moins de 48 heures, histoire de faire le plein de Chianti, de pâtes fraîches et de gelati. Oui, j’aime les clichés et j’assume. Turin, capitale du Piémont, apparaît après avoir traversé les Alpes. Réputée ville industrielle (c’est le berceau de Fiat), Turin mérite le détour, avec ses grandes places, ses arcades et… ses bonnes adresses. De Lyon en Large a testé quatre bonnes adresses à Turin.

Le Rosso Piccante, comme à la maison

Mi-épicerie mi restaurant, le Rosso Piccante (vous traduirez de vous-même par « piment rouge ») est on ne peut plus typique. Le primo piatto (« premier plat », souvent des pâtes), secondo piatto (« second plat », à base de viande) et le dolce (« dessert ») sont copieux et faits maison. Même le vin de la casa est tout à fait correct. Vous vous laisserez bien tenter par un petit limoncello ?

Côté ambiance, les étagères débordent de nourriture, le patron parle fort et ne connaît pas le moindre mot de français ou d’anglais, tout comme la serveuse. Les deux sont charmants. Vous l’aurez compris, on re-com-mande. Surtout qu’avec une note à 34 euros à deux, promis, on ne s’est pas privés !

http://www.rossopiccanteincucina.it/

Via Bernardino Galliari
24/B, Torino

Le caffè Baratti & Milano

C’est ce qu’on appelle une institution. Le caffè Baratti & Milano, situé sous la galleria Subalpina, a même une fiche Wikipedia. Fondé en 1874 par Ferdinando Baratti et Edoardo Milano (ça, c’est un copie-coller de la fiche Wikipedia), le caffè propose des cappuccino (des vrais de vrais, avec un coeur formé par la mousse) ainsi que diverses délicieuses pâtisseries aussi sucrées que la note est salée. On y va pour le prestige, l’ambiance, et… le goûter. Le décor majestueux, avec ses stucs et ses tentures, fait penser à un véritable café viennois.

Piazza Castello,
27/29, 10123 Torino, Italie

La Ghiottus Taberna

La Ghiottus Taberna se présente comme une auberge typiquement piémontaise. On y mange bien et pas cher, comme c’est souvent le cas en Italie. De la pasta, de l’escalope, des salades… Mais presque pas de dessert ! Située tout près de la gare, c’est une bonne adresse du midi. Couverts, pain, eau et café sont compris dans l’addition. Le service ? Rapide et efficace. Et c’est bon. Comptez dans les 20 euros à deux.

https://www.facebook.com/ghiottus/

Via Urbano Rattazzi,
2, 10123 Torino

Nerovinile, disquaire hétéroclite

Aller à Turin pour acheter un vinyle de Django Reinhart ou de Louis Armonstrong, nous non plus, on ne voit pas l’intérêt. Mais en passant devant Nérovinile, disquaire caché sous une des innombrables arcades de Turin, on s’est dit que ces deux gars-là constitueraient un bon souvenir de capitale piémontaise.

La boutique, bien que rangée de façon très personnelle, propose, sur deux étages, un choix impressionnant de vinyles (et aussi de CD) . D’Umberto Tozzi à David Bowie, il n’y a qu’un pas. Nerovinile n’hésite pas à le franchir.

Nerovinile
Via Po, 59,
10124 Torino

 

Enregistrer

Enregistrer