Visiter Le Printemps, cette grande enseigne de la rue de la République à Lyon, côté coulisses, s’apparente à un privilège. Surtout un dimanche matin, quand le magasin est fermé et que les rayons sont désertés par les clients. Car Le Printemps de Lyon, c’est 7000 m² de surface de vente et six étages, dont les deux derniers sont consacrés à la réserve – prêt-à-porter, parfumerie, cosmétiques, maroquinerie et arts de la table principalement. C’est ici que viennent s’approvisionner les conseillers de vente. Le stock est cependant assez limité, car les surfaces de rangements ne sont pas énormes. Le bonus ? L’ accès aux toits du bâtiment, qui offre une jolie vue sur la ville, de la tour Incity au crayon de la Part-Dieu.

Le Printemps, une institution et des innovations

Déambuler dans les entrailles du Printemps, c’est s’imprégner de la riche histoire de ce grand magasin. Créé en 1865 par Jules Jaluzot, entrepreneur visionnaire, le premier magasin a vu le jour à Paris, boulevard Haussmann. En mars 2015, on a d’ailleurs fêté les 150 ans du Printemps. L’histoire du magasin de Lyon, en revanche, est liée en grande partie à un autre homme, Henri Perrot. Cet homme d’affaires crée, en 1857, le magasin « Les Deux Passages », situé dans l’actuel passage de l’Argue. Il possédait également le magasin Le Grand Bazar, aux Cordeliers, à la place de l’actuel Monoprix.


Si Jules Jaluzot a créé les soldes, les prix fixes, ou fait installer l’électricité dans son magasin avant même la ville de Paris, son homologue lyonnais, Henri Perrot, est à l’origine de la publicité dans les magasins (la fameuse PLV, publicité sur le lieu de vente) ou encore de la prime à la vente. Ce dernier cède son affaire florissante à son fils, Henri, qui lui-même la cède à Pierre.

Des « Deux Passages » au Printemps

Alors que l’on ouvre le capital aux collaborateurs des Deux Passages, ceux-ci se voient contraints de les vendre en 1938, en raison de la grande crise économique des années 30. Le Printemps, qui avait des vues sur l’entreprise lyonnaise depuis pas mal de temps, rachète le magasin. C’est la fin des Deux Passages, et le début du Printemps de Lyon.

Aujourd’hui, le Printemps de Lyon, c’est 50 millions de chiffres d’affaires par an, 350 collaborateurs, mais seuls 75 sont salariés du Printemps. Les autres travaillent pour les diverses marques proposées en magasin. Des marques, qui, au fil des années, se veulent de plus en plus prestigieuses. En effet la volonté du Printemps est de monter en gamme.

Le Printemps de Lyon triple de surface en 1992

Le magasin de Lyon s’est également étendu au fil du temps. De 1990 à 1992, il a triplé sa surface. Comment ? En rachetant la rue du Palais Grillé. C’est ainsi que Le Printemps acquiert également les bâtiments de l’autre côté de cette rue. Un passage est créé à la place de la rue du Palais Grillé. Le nouveau Printemps est inauguré le 20 mars 1992 – jour du Printemps, une date qui ne doit rien au hasard. Aujourd’hui, le printemps souhaite se développer à l’étranger.